Collection d'éventails

RosahBlanca

L'Artisanat espagnol à portée de main

  • Facebook - White Circle
  • Instagram - White Circle

LIVRAISON RAPIDE

ET GRATUITE

dès 49,99€ d'achat

2-4 jours ouvrés 
en France métropolitaine

PAIEMENT SÉCURISÉ

 

carte bancaire ou Paypal

SAC

DE PROTECTION

OFFERT

pour chaque éventail acheté
(sauf éventail grand format)

SERVICE

APRES VENTE

7j/7 de 10h/22h

tél : 06.58.96.68.15
 
rosahblanca@gmail.com

GARANTIE SATISFAIT
OU REMBOURSÉ

sous 14 jours

PRODUITS DE QUALITÉ 

artisanat espagnol

BOUTIQUE D'EVENTAILS EN LIGNE FRANCE
ROSAH BLANCA

 

Nous vous invitons à découvrir nos différentes gammes d'éventails de qualité.

NOTRE HISTOIRE
 

L’éventail est un petit accessoire bien connu de tous, mais pour nous deux, c’est devenue une passion un jour de promenade sur la ramblas à Barcelone, il y a plus de 10 ans. Alors que nous flânions sans but précis, nous avons été attirés par une vitrine aux mille couleurs, intrigués, nous sommes entrés, dès notre premier pas dans cette tienda, nous avons été sous le charme de ces petits vents de bonheur.


Curieux de connaître leur histoire, ces ventilateurs à main nous ont conduit dans le sud de l’Espagne à la rencontre d’artisans incroyables, nous avons eu la chance de visiter leurs ateliers, et à chacun de nos voyages nous avons été émerveillés, leur savoir faire est incroyable et savoir qu’il existe encore de merveilleux artistes pouvant façonner à la main de sublime éventail n’a fait que renforcer notre passion.

Nous avons eu la chance de rencontrer des plieuses dont la dextérité est incroyable, voir danser leur doigt sur le tissu est juste magique. Ces ateliers vous donnent l’impression d’être en un lieu secret, un peu magique et chargé d’histoire, c’est certainement dû à ces machines qui pour certaines ont plus d’un siècle, sans oublier toutes ces odeurs enivrantes de bois naturel, dont les différentes essences nous transporte en un coup d'aile.

Rosah Blanca est né de ces moments magiques, et nous n’avons eu qu’une envie, partager avec le plus grand nombre cette passion.

Tous les articles que vous trouverez sur notre site proviennent d’artisanat local, pour pouvoir vous proposer les plus beaux éventails, nous allons nous-même les choisir auprès des artisans, dont le savoir faire ancestral nous fascine chaque jour un peu plus, le circuit court est pour nous un gage de qualité.

Quand avec douceur vous vous éventez avec un de nos éventails, c’est un petit vent d’histoire que vous soulevez délicatement.

RETROUVEZ LES AVIS DE NOS CLIENTS SUR TRUSTPILOT 
 

Rosah Blanca avis.jpg

L'HISTOIRE DE L'EVENTAIL

L’origine de l’éventail est perdue dans le temps. On peut supposer qu’il a été utilisé à l’époque préhistorique pour attiser le feu, ou comme un simple accessoire pour rafraîchir ou chasser les insectes jusqu’à devenir, au fil du temps, un objet artistique qui a combiné des usages fonctionnels, cérémoniels et décoratifs ainsi que symbole d’autorité, moyen de communication, propagation d’idées politiques, commerciales, signe d’ostentation, de souvenir, de cadeau, d’article de collectionneur ou simplement un accessoire de mode. L’éventail est un objet qui a évolué à travers l’histoire comme élément représentatif d’un contexte social/économique et fidèle reflet du moment historique de sa création.


La complexité de leur élaboration et les riches matériaux qui les composent : ivoire, nacre, bois, papier, tissu, dentelle, plumes, et bien d’autres, font des éventails des objets précieux, pouvant être considérés dans de nombreux cas comme de véritables œuvres d’art. 

ORIGINE DE L'EVENTAIL

L’origine de cet accessoire original est à la fois incertaine et perdue dans le temps. On pourrait imaginer qu’elle se trouvait à l’époque préhistorique, quand l’homme découvre le feu, et a recourt à n’importe quel objet fessant office d’éventail pour remuer l’air et attiser les braises.


Le terme éventail dérive du latin "vannus", instrument utilisé pour jeter le blé à l’époque romaine. Depuis sa naissance dans l’Antiquité, il a été un objet avec une fonction pratique, dont le but principal était de déplacer l’air, jeter le grain, attiser le feu, protéger du soleil et chasser les insectes. Avec le temps, il a commencé à être utilisé comme un symbole de pouvoir ou religieux.

 

Certains auteurs affirment que les premiers documents archéologiques remontent au VIIIe siècle avant J.-C. pour l’éventail chinois fixe.

En Chine, la tradition de l’éventail est millénaire, remontant à l’époque de l’empereur Hsien Yuan, autour 2697 av J.C. Les sources littéraires attribuent son invention à la fille de Mandarin Kan-Si, qui pendant un bal masqué et pour atténuer la chaleur, agitait son masque très près du visage pour se donner de l’air, faisant cette opération très rapidement pour ne pas laisser voir son visage aux hommes présents, un geste qui a été imité par d’autres femmes présentes à l’événement.

 

L’apparition de l’éventail pliant s’établit autour du IXe siècle (877 après J.-C.) au Japon, l’éventail japonais ou sensu aurai été inventé par un artisan japonais, qui a conçu cet objet en observant les ailes d’une chauve-souris lorsqu’elles se plient et se déploient. La plus ancienne représentation de l’éventail plié se trouve dans une représentation des Sept Divinités du Bonheur.

L’EVENTAIL DANS L’ANTIQUITE

Suppositions mises à part, nous savons que les éventails ont été employés par les Égyptiens, les Babyloniens, les Perses, les Grecs et les Romains, grâce à l’apparition de cet instrument dans les représentations artistiques de ces peuples.


Les plus anciens témoignages d’éventails proviennent de tombes égyptiennes. La première représentation connue se trouve au Musée Asmolean à Oxford. L’éventail appartenait à Narmer I, qui autour de l’an 3000 av J.C. unifié pour la première fois la Haute et la Basse Egypte, et représente une procession royale dans laquelle apparaissent deux esclaves avec des éventails.


Les éventails égyptiens étaient grands, fixes, semi-circulaires, à plumes. Leur fonction était double : d’une part ils servaient à donner de l’air et d’autre part, ils faisaient peur aux insectes.
 

Figure 1. Éventail en plumes d’autruche et manche en ivoire en forme de L

trouvé dans la tombe de Toutankhamon (1334-1325 avant J.-C.)

Avec le temps, l’éventail est devenu un objet ornemental révélateur de puissance.

Il y a d’autres représentations égyptiennes dans lesquelles des éventails apparaissent, ils se trouvent dans les tombes de Beni-Hasan, de la 12ème dynastie (1791-1796 avant JC), les reliefs inférieurs du Rameseo (dynastie XIX) et les fresques de Medinet-Habu (dynastie XX ).

 

Nous mentionnons les deux éventails trouvés dans la tombe de Toutankhamon (1334-1325 avant J.-C.). Ce sont des plumes d’autruche, attachées à un manche en ivoire en forme de L. [figure 1]

LE MOYEN ÂGE ET LA RENAISSANCE

En occident, au Moyen Âge, l’éventail ou flabellum devient partie intégrante de la liturgie chrétienne, en s’employant à la consécration, pour protéger l’Eucharistie des insectes et rafraîchir le célébrant, le soi-disant "ripidion", à la fois élaboré avec de la peau, comme avec des plumes de paon ou avec des tissus très fins. Dans les siècles suivants, l’éventail liturgique restera seulement pour accompagner le Pape dans les actes les plus solennels, en disparaissant définitivement après la célébration du Concile Vatican II.

 

Selon Hélène Alexander, l’introduction de l’éventail fixe du Moyen-Orient à l’Europe aurait pu avoir lieu au XIIe siècle, pendant la période des croisades. Ces premiers éventails étaient réservés à la royauté et à la noblesse et étaient considérés comme un symbole de statut.


Ils étaient de type "drapeau" [figure 2] ou "écran" [figure 3], décorés de peintures, de plumes, de métaux et de pierres précieuses avec des manches tournées d’une grande variété de matériaux coûteux, qui ont été utilisés en Italie aux XIVe et XVe siècles et adoptés plus tard dans toute l’Europe.


Figure 3. Eventail écran. XVII siècle. Bois, mica, soie, carton et bois.  
Musée d’État d’Ostankino de Moscou

Figure 2. Éventail drapeau. Portrait de Marie de Portugal.
Anonyme. XVI siècle

En Espagne, les premières références de l’évantail apparaissent dans la Chronique de Pierre IV d’Aragon (XIVe siècle), dans laquelle il est cité comme office des nobles qui accompagnaient le roi « celui qui porte l’éventail ».

Il y a aussi une référence à cet ustensile dans les inventaires des biens du peintre Bartolomé Abella (1429), dans celui du Prince de Viana et dans celui de la Reine Da Juana de Castilla ce dernier réalisé en 1565. Il convient de dire que ces éventails étaient rigides et de forme arrondie, la paume, la paille, la soie et les plumes de paon étant généralement utilisées comme matériaux.

 

Après la découverte de l’Amérique par les conquistadors espagnols, un éventail fixe provenant des cultures aztèques et maya fut introduit en Espagne. On peut vérifier la présence et l’utilisation de ce type d’éventail à travers le manuscrit Codex Mendoza. Mais également,  parmi les présents de Christophe Colomb à Isabelle la Catholique. Au retour de son premier voyage figurait un éventail de plumes, matériel dans lequel étaient également réalisés les cinq éventails commandés par Germana de Foix (seconde femme de Ferdinand le Catholique) en 1514, ou parmi les présents que Moctezuma a donné à Hernán Cortés.

 

Au début du XVIe siècle, l’éventail pliant fut introduit en Europe par deux voies, la première à travers le commerce vénitiens avec l’orient par lequel il parvint aux mains de Catherine de Médicis qui le mit à la mode à la cour française d’Henri II. Et la seconde par le biais du commerce portugais avec l’Asie de l’Est, il s’est rapidement rependu dans les autres pays. Devenus très populaires en raison de leur aspect pratique, ils sont fabriqués en série dans toute l’Europe.

 

Pendant la première moitié du siècle, bien que les éventails pliants existaient déjà, les éventails à plumes fixes ont continué à être utilisés. Au début, l'Italie était à la pointe de la fabrication, mais à partir du 17ème siècle, Paris est devenu le grand centre de fabrication d’éventail.

Louis XIV de France a publié divers édits pour réglementer l'industrie des ventilateurs manuels. En avril 1670, le Parlement de Paris confirme que tous les fabricant éventails peuvent devenir une guilde, et en 1678, la Guilde des fabricants d'éventails est créée. En France, les éventails atteignent des prix de luxe et ils servent de support aux travaux des grands peintres, même si parfois ils sont imprimés et servent de substitut aux éventails peints.

Dans l'Espagne du XVIIe siècle, le goût pour tout ce qui est français était tel que le peintre espagnol Juan Cano y Arévalo devait prétendre que les éventails qu'il peignait étaient français afin de les vendre. Dans la seconde moitié du siècle, l'éventail pliant devient un accessoire essentiel dans la tenue vestimentaire des dames de la haute société et, à la fin de cette période, il fait partie intégrante de sa garde-robe.

LE XVIIIe SIECLE. L’AGE D’OR DE L’EVENTAIL

L'époque de splendeur de l'éventail est sans aucun doute le XVIIIe siècle. Devenu un élément important dès le siècle précédent, il va désormais être utilisé non seulement par les dames nobles ou celles de la bourgeoisie, mais aussi par les femmes de statut plus modeste. Les témoignages littéraires montrent l'importance accordée à ce délicat accessoire de coquetterie. Par exemple, l'Anglais Joseph Addison (I672-I719) écrit : "une femme sans éventail se trouve aussi mal à l’aise qu’un chevalier sans épée", et il faut penser qu'à l'époque, un chevalier sans épée aurait été inimaginable.

 

Pour Mme de Staél, « dans le maniement et le jeu de l'éventail, la distinction des dames est appréciée. Et même les femmes les plus belles et les plus élégantes, si elles ne savent pas comment le gérer avec grâce, tombent dans le plus grand des ridicules ». Par conséquent, il est de la plus haute importance de le manipuler correctement et de lui insuffler une âme.

 

L’éventail devint un allié des relations amoureuses et grâce à son langage muet, les amants déchiffraient le message que leurs dames leur envoyaient. À la fin du siècle, des manuels ont été publiés pour enseigner aux femmes le langage de l’éventail. Charles Francis Bodini publia en 1797 l’ouvrage Le Télégraphe de Cupidon, dans lequel il établit un véritable alphabet. Mais, malgré tout cet essor, au début du siècle, il n’existait pas encore de mod